Current Exhibitions
Current Exhibitions
CHANTAL AKERMAN                
NOW

14 SEPTEMBER – 21 OCTOBER 2017
OPENING: THURSDAY 14 SEPTEMBER, 6–8 PM


Marian Goodman Gallery in Paris is pleased to present an exhibition devoted two video installations by Chantal Akerman. By screening two of her works produced several years apart, one dating to the artist’s youth, the other from a later point in her career, the exhibition offers an original approach to her work, her universe, her questions, and her dedication.

The exhibition opens with the projection of a black and white video entitled In the Mirror (1971–2007). This work is based on a scene extracted from her 1971 short film L’enfant aimé ou je joue à être une femme mariée [The Beloved Child, or I Play at Being a Married Woman]. This was Akerman’s second film, made after the acclaimed Saute ma ville [Blow Up My Town] in 1968, and features three female characters, including a mother, her daughter, and a close friend played by Chantal Akerman herself. “This is a film that never fully satisfied me. I applied very abstract ideas about rejection of montage as a manipulation of the viewer, without taking into account that opting for the long-take formula was all well and good, but that this sort of shot must be thoroughly prepared and timed. I just let it roll, and it didn’t amount to much.”1

Created in 2007, In the Mirror reuses the exact same scene starring the mother played by Claire Wauthion, half-naked in front of a mirror, scrutinizing her own body and commenting on it out loud. Despite the presence of nudity in Akerman’s oeuvre, sensuality is always fraught with ambiguity (for example in Je, tu, il, elle [I, You, He, She], 1975; Les Rendez-vous d’Anna [Anna’s Meetings], 1978; La Captive [The Captive], 1999; or La Folie Almayer [Almayer’s Folly], 2011). Bodies often possess a hieratic—or even disembodied—quality, despite the fact that the viewer is confronted with cinematography that is experienced physically, specifically through a sense of temporality.

In the Mirror juxtaposes the intimacy and the distance in the relationship to the body bordering on reification. Throughout this scene—which lasts 14 minutes and 21 seconds—several themes that are present all of Akerman’s works are already discernible such as the intimate transcended to the point of universality (“If it’s interesting to me, others may certainly find it interesting,” she commented in Marianne Lambert’s documentary I Don’t Belong Anywhere: The Cinema of Chantal Akerman). Other themes include frontality and parallels between bodies and space; domestic confinement and the use of wide angle shots; precise framing; suggestive meaning; and the passage of time.

For this installation, image plays with a splintering effect: the reflection of the body in the mirror, the shot, the frontality of the scene, as well as the viewers’ own projection as they stand facing this woman who turns her back to them, but whose reflection they are able to see. This diffraction is present in all of Akerman’s video installations, as a way of carrying out either a meta-montage or a montage that is not only temporal but also spatial. Moreover, her installations have all been created in close collaboration with film editor Claire Atherton. The video installation format allowed Chantal Akerman to experiment with the question of the perception of time and space in a different way, which is a central concern of her cinematographic oeuvre.

Occupying the lower level of the gallery, NOW (2015) will be shown for the first time in France. This immersive video installation was designed for the Venice Biennale in 2015. “NOW originated first in the sound. Chantal said that she wanted us to experience fear, war, flight, imminent disaster through the entanglement of the soundtracks in space. She wanted us to experience chaos, to feel the extent to which our world is unhinged by violence.”2

The viewer is caught between the sound and the breathless rhythm of the tracking shots that unfold on five suspended screens while two projections on the ground make it move and vibrate. The setup dislocates the space between art and cinema, and proposes a montage architecture that engages the visitor in nomadism typical of Akerman who sees in landscapes “… the idea that the earth we possess is always a sign of barbarism and bloodshed, and the earth we cross but do not take brings to mind a book.”3 Straddling the genres of documentary and fiction film, these scenes of explored spaces evoke the experience of exile through a polyphonic soundtrack that drowns out human poetic and political presence. The installation NOW suggests neither an end nor a beginning, and it is experienced as a crisis in the present.

“I want to show the way, the places where bodies are buried. It’s better to evoke; this sinks in better both in oneself and in the viewer. Literal images in the end are no longer moving; you have to take a different route so that people before you can exist and feel, truly confronting the images.”4

In conjunction with the exhibition, a book launch of Corinne Rondeau’s Chantal Akerman. Passer la nuit, published by Éditions de l’éclat, will take place on October 12 at 6.30 pm at the Librairie Marian Goodman, 66 rue du Temple.

Born 1950 in Brussels, Chantal Akerman lived and worked in Paris until her death in 2015. She trained in New York as an autodidact and among experimental filmmakers, and made her first short film, Saute ma ville, in 1968, at the age of 18. Recognized for Jeanne Dielman, 23, Quai du Commerce, 1080 Bruxelles (1975); Je Tu Il Elle (1974); Un divan à New York (1995); and the adaptation of Proust’s The Captive (1999), Akerman has also made numerous documentaries, including the trilogy D’Est (1993), Sud (1999), and De l’autre côté (2001), followed by Là-Bas (2006). Chantal Akerman is author of several books, such as Hall de Nuit (1992), Une famille à Bruxelles (1998) and Ma mère rit (2013). In 2018, the Cinémathèque Française in Paris will hold a vast retrospective of her cinematographic oeuvre.

Akerman often reprised scenes from her films and redeployed them as installations starting in the mid-1990s. The installations quickly found their audiences, namely in 1995 with exhibitions at the Jeu de Paume in Paris and at the Walker Art Center in Minneapolis, the San Francisco MoMA, as well as the Kunstmuseum Wolfsburg in Germany. She further exhibited in 2002 at Documenta 11 in Kassel; in 2004 at the Centre Pompidou, which featured two installations—From the Other Side and Autobiography: Self-Portrait in Progress—as well as a retrospective of her cinematic works. Akerman’s cinematographic and artistic oeuvre has been the subject of major group and solo exhibitions around the world: in 2015 at the Ambika P3 Gallery, University of Westminster, London; in 2013, at The Kitchen in New York; in 2012, at the Mukha in Antwerp; and at the Paris Triennale at the Palais de Tokyo; in 2011 at the 49th Venice Biennale; and in 2010 at the 29th Sao Paolo Biennale. Her works are part of international museum collections, including the Centre National des Arts Plastiques (CNAP) in Paris, the Jewish Musuem in New York, and the Museu d’Art Contemporani in Barcelona (MACBA).


1 C. Akerman in Jacqueline Aubenas, Hommage à Chantal Akerman, Communauté française de Belgique, Wallonie-Bruxelles, 1995.
2 Claire Atherton 
3 C. Akerman, in Du Moyen-Orient, 1998, texte non publié pour un projet non réalisé.
4 C. Akerman in Entretien en Pyjama, conversation with Chantal Akerman and Nicole Brenez, 2011.


Press contact: Raphaële Coutant  raphaele@mariangoodman.com                



CHANTAL AKERMAN                
NOW

14 SEPTEMBRE – 21 OCTOBRE 2017
VERNISSAGE: JEUDI 14 SEPTEMBRE, 18–20h


La Galerie Marian Goodman à Paris est heureuse de présenter une exposition consacrée à Chantal Akerman. En présentant deux installations vidéo dont la réalisation est distante de plusieurs années, l’une de jeunesse et l’autre de maturité, cette exposition offre une approche inédite de son œuvre, son univers, ses questionnements et ses engagements. 

La visite s’ouvre sur une projection en noir et blanc intitulée In the Mirror (1971-2007). Cette œuvre a été créée à partir d’une scène extraite du court-métrage L’enfant aimé ou je joue à être une femme mariée de 1971. Ce deuxième film d’Akerman réalisé après l’explosif Saute ma ville en 1968, met en scène trois personnages féminins, une jeune mère, sa fille et une confidente interprétée par Chantal Akerman elle-même. « C’est un film qui ne m’a jamais satisfaite. J’y appliquais des idées très abstraites sur le refus du montage en tant que manipulation du spectateur, sans tenir compte du fait qu’opter pour la formule du plan-séquence, c’est très joli, mais il faut préparer, chronométrer terriblement ce genre de plan. Moi, j’avais laissé faire cela n’avait rien donné ». 1

Conçue en 2007, In the Mirror reprend la scène montrant le personnage de la jeune mère interprétée par Claire Wauthion quasi nue devant un miroir qui porte un regard scrutateur sur son propre corps en le commentant à haute voix. Malgré la présence de corps dénudés dans le cinéma d’Akerman, une ambiguïté plane toujours à l’endroit de la sensualité (par exemple aussi dans Je, tu, il, elle (1975) ; Les Rendez-vous d’Anna (1978) ; La Captive (1999) ou La Folie Almayer (2011)). Les corps ont souvent quelque chose d’hiératique, voire de désincarné, alors qu’il s’agit d’un cinéma que le spectateur expérimente physiquement, notamment par la durée.

In the Mirror met en tension un rapport à la fois intime et distancié au corps qui confine à sa réification. Le temps de cette scène – 14 minutes et 21 secondes – plusieurs thématiques qui hantent toute l’œuvre d’Akerman sont déjà perceptibles :  l’intime transcendé jusqu’à l’universel (« Si ça m’intéresse, ça pourra certainement en intéresser d’autres » disait-elle dans le documentaire I don’t belong anywhere, le cinéma de Chantal Akerman par Marianne Lambert), la frontalité et le parallélisme entre les corps et les espaces, la claustration domestique et l’ouverture infinie du champ par l’usage du traveling, la précision du cadre, la suggestion et l’ellipse, la temporalité. 

L’image joue ici sur sa démultiplication : le reflet du corps dans le miroir, le plan, la frontalité du dispositif et enfin ce que le spectateur projette lui-même, debout face à cette femme qui lui tourne le dos mais dont il voit le reflet. Cette diffraction de l’image est présente dans chacune des installations vidéo de Chantal Akerman, comme une façon d’opérer un méta-montage, ou un montage qui ne serait plus seulement temporel mais aussi spatial. D’ailleurs, ses installations ont toutes été créées en collaboration étroite avec la monteuse Claire Atherton. La forme de l’installation vidéo a permis à Akerman d’expérimenter autrement la question des perceptions du temps et de l’espace, préoccupations centrales dans son œuvre cinématographique.   

Au sous-sol, NOW (2015) sera montrée pour la première fois en France. Cette installation vidéo immersive a été conçue pour la Biennale de Venise en 2015. « NOW est née d’abord par le son. Chantal disait qu’elle voulait qu’on éprouve la peur, la guerre, la fuite, la catastrophe imminente par l’enchevêtrement de bandes sonores dans l’espace. Elle voulait qu’on vive le chaos, qu’on ressente à quel point notre monde est détraqué par la violence. »2

Le visiteur est pris entre les sons et le rythme haletant des travelings qui se déploient sur cinq écrans suspendus tandis que deux projections au sol le rendent mouvant et vibrant. Le dispositif disloque les espaces d’art et de cinéma et propose une architecture du montage engageant le visiteur dans le nomadisme propre à Akerman qui voit dans les paysages « (…) l’idée que la terre qu’on possède est toujours signe de barbarie et de sang, et que la terre qu’on traverse et qu’on ne prend pas fait penser au livre »3. Entre les genres du documentaire et de la fiction, ces scènes d’espaces explorés évoquent l’expérience de l’exil à travers une bande sonore polyphonique où se noie notamment une présence poétique et politique de l’être humain. L’installation NOW ne suggère aucun début et aucune fin, elle se donne à vivre comme une crise au présent.

« Moi je veux montrer la route, les endroits où sont enterrés les corps. Il vaut mieux évoquer, cela pénètre mieux et en toi et dans le spectateur. Les images littérales finissent par ne plus émouvoir, il faut passer par un autre chemin, pour que les gens en face puissent exister et ressentir, dans un vrai face à face avec les images ».4

En parallèle à l’exposition sera organisé le 12 octobre à la Librairie Marian Goodman le lancement du livre de Corinne Rondeau « Chantal Akerman Passer la nuit » publié aux Éditions de l’éclat. La présentation de l’ouvrage par l’auteur débutera à 18h30.

Née en 1950 à Bruxelles, disparue en 2015, Chantal Akerman vivait et travaillait à Paris. Formée à New York de manière autodidacte et dans le milieu du cinéma expérimental, elle réalisera son premier court-métrage Saute ma ville en 1968 à l’âge de 18 ans. Reconnue pour Jeanne Dielman, 23, Quai du Commerce, 1080 Bruxelles (1975), Je Tu Il Elle (1974), la comédie musicale Golden Eighties (1986), Un divan à New York (1995) et l’adaptation littéraire La Captive (1999), Akerman réalisa également de nombreux documentaires comme la trilogie D’Est (1993), Sud (1999), De l’autre côté (2001) puis Là-Bas (2006). Chantal Akerman est aussi l’auteure de plusieurs livres notamment Hall de Nuit (1992), Une famille à Bruxelles (1998), Ma mère rit (2013). En 2018 la Cinémathèque française programmera une grande rétrospective de son œuvre cinématographique. 

De ses films, Akerman utilise des scènes qu’elle redéploie sous forme d’installations dès le milieu des années 1990. Ces dernières rencontrent rapidement leur public, dès 1995 notamment avec des expositions au Jeu de Paume à Paris, au Walker Art Center à Minneapolis, au SF Moma à San Francisco ou encore au Kunstmuseum Wolfsburg en Allemagne. Puis elle expose en 2002 lors de la Documenta XI (Cassel), en 2004 au Centre Pompidou, qui présenta From the other side et Autobiography - Selfportrait in progress, en plus d’une rétrospective de son cinéma. Son œuvre cinématographique et artistique a fait l’objet d’importantes expositions de groupe et personnelles dans le monde entier : en 2015 à Ambika P3 Gallery, University of Westminster, Londres ; en 2013 The Kitchen, New York ; en 2012 au MUHKA, Anvers et à la Triennale de Paris, Palais de Tokyo ; en 2011 à la 49ème Biennale de Venise, en 2010 à la 29ème Biennale de Sao Paulo. Ses œuvres sont présentes dans plusieurs collections de par le monde dont celles du Centre national des Arts Plastiques (CNAP) à Paris, du Jewish Museum à New York, ou du Museu d'Art Contemporani de Barcelona (MACBA). 


1 C. Akerman in Jacqueline Aubenas, Hommage à Chantal Akerman, Communauté française de Belgique, Wallonie-Bruxelles, 1995.
2 Claire Atherton 
3 C. Akerman, in Du Moyen-Orient, 1998, texte non publié pour un projet non réalisé.
4 C. Akerman in « Entretien en pyjama », conversation avec Chantal Akerman et Nicole Brenez, 2011.


Contact presse : Raphaële Coutant  raphaele@mariangoodman.com