Current Exhibitions
Current Exhibitions
William Kentridge
O Sentimental Machine

March 15 - April 15, 2017

Paris

WILLIAM KENTRIDGE
O Sentimental Machine
15 March – 15 April, 2017
Opening reception: 15 March, 6-8 PM

“I’m interested in ideas that fall apart. In what’s in the gap left when we lose our sense of Utopian thinking. And in what’s to follow.”
William Kentridge, February 2017


Marian Goodman is delighted to present O Sentimental Machine, a solo exhibition of new and recent works premised on William Kentridge’s abiding interest in Paris, (since he studied at l'École Jacques Lecoq in the early ’80s). It includes the major five-channel video installation that lends its title to the show, as well as four new ink on paper pieces derived from Manet’s late flower paintings and ten new portraits of historical artists, poets, psychiatrists and behaviourists, all of which have been created for the exhibition. It is the first show that occupies all three spaces at the main gallery as well as the new Librairie Marian Goodman – which contains large woodcuts from his Triumphs and Laments series – and runs concurrently with substantial Kentridge installations and performances in group shows at Fondation Louis Vuitton and La Villette.

Created for the 14th Istanbul Biennial, O Sentimental Machine was premised on a remarkable piece of film footage Kentridge found whilst working on an exhibition and opera in Amsterdam in 2015. Unable to process a visa to travel to Paris, Leon Trotsky was recorded giving the speech he would’ve delivered if he’d been granted passage to go there from exile in Turkey. Except that not even the film that was to be presented in lieu of him made it to the city, until now. After further research, Kentridge created a five-channel work, initially presented on an ample landing in a hotel adjacent to the house that Trotsky stayed in whilst in exile between 1929 and 1933 on Buyukada Island in the Sea of Marmara, Istanbul. The whole multi-layered ensemble comes alive as a ‘performance of an archive’ with other found footage of Bolshevik marches, the Tsar on a swimming holiday, as well as shot imagery of the Bosphorus and so on, surrounding the viewer in a slow cacophony across the landing.

Though Trotsky’s speech is rich in eloquent pathos, with such engrossing lines as ‘Those who believe in the words of politics are like an idiot without hope’, Kentridge assigns it a side-stage role, which in this case means a back projection through the doors of one of four bedrooms. The character who assumes centre-stage and owns the narrative of the main projection, is Trotsky’s long-suffering secretary, Evgenia Shelepina.

Trotsky had written that humans are ‘sentimental but programmable machines,’ with the qualities of semi-manufactured products that can be both fixed and edified with the correct training, maintenance and state direction. And conversely, that machines could be refined and relied on to perform complex, remarkably ethereal human activities. But he also held that both became utterly unreliable and perilously dysfunctional when either human or machine falls in love. Shelepina had begun an affair some years previously with the unhappily married author of Swallows and Amazons, Arthur Ransome, and she’s cast here in a slapstick, increasingly anarchic vignette in which her day-to-day chores start unravelling. At one point, her work environment’s chaos takes on an absurd symmetry as she performs tasks in front of an echo of her ‘other self’ behind a ‘mirror’, reminding us that The Marx Brothers’ Duck Soup was released concurrently, in 1933.

Kentridge appears as a kind of parody of himself parodying Trotsky, sporting thick black glasses, a hand-drawn beard and brows and speaking with heightened gestures. According to him, “Many Soviet thinkers were concerned as to what would happen to imperfect people in a perfect society. They asked if our emotions were mechanical, could we get rid of rid of rage and jealousy and so on which would make it so much easier for us to get along? You can see how well that went. But the counterpart is the very contemporary idea of can we teach machines to be human?”

While delivering Trotsky’s speech to Paris, Kentridge wanted to create new bodies of works that also directly relate to research on the city from recent other projects, a quarter of a century since he created Johannesburg, 2nd Greatest City after Paris (1989). Over the past three years he has been preoccupied by the events of both the Paris Commune of 1871 and May 1968, as well as an extended homage to Manet’s late paintings. Whilst he has developed a lasting fascination with why the man who painted the charged political work The Execution of Maximilian would devote the final years before his premature death solely to paintings of flowers in vases, this is the first time Kentridge has chosen to paint a version of Manet’s masterwork within one of his ink on paper pieces. He has also painted a series of flower works, but with hyacinths resting in Consol jars – those most ubiquitous of Southern African glass vessels, used for homemade jams, other preserves and liquids, and even fashioned into as lamps in many rural areas – and interwoven collaged texts like ‘We Also Let Blood’ beneath their blossoms.

Adjacent to ‘his’ flowers, double-portrait ink and collage diptychs of Manet and his wife Suzanne divide the gallery. They give way to several portraits of early 19thC thinkers, all of whom wrestled with and argued about, in Kentridge’s words, ‘to what extent the psyche is malleable, programmable – can one dissect and dislocate it as with a series of cogs?’: Pavlov and one of his youngest patients with the day after the 1976 Soweto student uprisings beneath their profile; Freud, who was of course antithetical in his beliefs and approach; Anna Akhmatova, the Russian anti-Stalinist poet, who favoured the concrete over the mystical; and several of Trotsky himself, both in his element and immediately after his assassination. If Kentridge’s use of the word ‘Caviar’ links back to Akhmatova’s writing ¬– in that it was the euphemism Russians used for the thick black ink used by Stalinist censors – we are also reminded that, for all of Trotsky’s paranoia about White Russians in Istanbul, like Maximilian he met an untimely, brutal end in Mexico.

Elsewhere in the main gallery spaces Kentridge has created three large aquatint etchings on cloth from his research into Triumphs and Laments, the epic project that came to fruition last year across over 500 metres between between the Ponte Sisto and Ponte Mazzini on the banks of Rome’s River Tiber. An ignoble, vainglorious equine procession sees Marcus Aurelius atop an apparently gallant steed – which if one looks closely is in fact being pulled across the veld on a wheeled platform – Italy’s great unifier Garibaldi perched forlorn on the most rudimentary wooden horse, and a collapsing nag from a Roman sarcophagus within Trajan’s column, ironically titled Triumph of Bacchus

Their procession continues across the Rue du Temple as three new woodcuts, also originating through research for Triumphs and Laments, traverse the new Librairie Marian Goodman. The Flood takes us back both to the Tiber and the ’30s, as Romans carry furniture onto a perilously small vessel to escape the rapidly rising waters of 1937, while three ‘Corselet Bearers’ from Andrea Mantegna’s The Triumphs of Caesar march as if in a recent Kentridge performance. Finally, the elegiac silhouette of a lone Eritrean woman mourns members of her family who were the victims of a shipwreck off Lampedusa in 2013, reiterating that, for the myriad layers of historical cross-referencing in this exhibition, Kentridge is utterly engaged in contemporary realities.

William Kentridge’s (born 1955, lives and works in Johannesburg) More Sweetly Play the Dance will be in Afriques Capitales, La Villette, Paris, from 29 March – 2 May while Notes Towards a Model Opera is in Etre La at Fondation Louis Vuitton, Paris, from 26 April – 28 August, who host his Paper Music performances on 26 and 27 of April. Kentridge’s touring solo exhibition Thick Time is at the Louisiana Museum of Modern Art, Copenhagen, until 18 June, before travelling to the Museum der Moderne and Rupertinum, Salzburg, in July, and the Whitworth Art Gallery and Manchester Museum, University of Manchester from autumn 2018. October 2017 sees the opening of two further solo exhibitions: Enough and More than Enough, at Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid, and Smoke, Ashes, Fable at the Sint-Janshospitaal, Bruges.


WILLIAM KENTRIDGE
O Sentimental Machine
15 mars – 15 avril 2017
Vernissage : mercredi 15 mars de 18h à 20h


« Je m'intéresse aux idées qui s’effondrent, à l’espace laissé vacant lorsque nous perdons notre faculté à penser l’utopie, et à ce qui peut s’ensuivre »
William Kentridge, février 2017

Marian Goodman a le plaisir de présenter O Sentimental Machine, une exposition personnelle de nouvelles et récentes œuvres de William Kentridge, en partie fondées sur son intérêt pour Paris (où il suivit des études à l'École Jacques Lecoq dans les années 1980). Cette exposition comprend la grande installation vidéo O Sentimental Machine, quatre nouvelles encre sur papier exécutées d’après les dernières peintures florales de Manet, ainsi que dix nouveaux portraits de personnalités historiques célèbres dont celui  d’un artiste, d’une poétesse, d’un psychiatre et d’un béhavioriste. C’est la première fois qu’une exposition occupe les trois espaces de la galerie principale ainsi que la nouvelle Librairie Marian Goodman, où l’on peut voir de grandes gravures sur bois de la série Triumphs and Laments. Simultanément à Paris, deux importantes installations de Kentridge sont présentées dans des expositions collectives à la Fondation Louis Vuitton et à La Villette.

Réalisée à l’occasion de la 14e Biennale d'Istanbul, O Sentimental Machine trouve son origine dans les séquences d’un film inédit que Kentridge a découvert en 2015 alors qu’il préparait une exposition et travaillait à un opéra à Amsterdam. En 1933, Léon Trotski, ne pouvant obtenir un visa pour se rendre à Paris, a été filmé prononçant le discours qu’il y aurait donné s’il avait eu l’autorisation de quitter la Turquie où il était exilé. Or ce film, censé le représenter alors, n’a jamais pu être diffusé à Paris avant aujourd’hui. Après un travail préparatoire, Kentridge a réalisé une œuvre comprenant cinq vidéos, initialement présentée dans une vaste antichambre de l’hôtel Splendid Palas sur l’ïle de Büyükada (située en Mer de Marmara à proximité d’Istanbul) non loin de la maison où Trotski séjourna entre 1929 et 1933. Dans son ensemble, l’installation se présente comme une « mise en scène d’archives » incluant entre autres, des images de défilés bolchéviques, du tsar en vacances pratiquant la natation et des prises de vue du Bosphore. Ainsi le spectateur se trouvait-il sur ce palier d’hôtel, au beau milieu d’un joyeux mélange dissonant.

Bien que le discours de Trotski soit empreint d’un lyrisme éloquent, riche de formules aux accents passionnés, telles que : « Ceux qui croient à la parole des politiciens ne sont que des idiots sans espoir ». Kentridge lui attribue un rôle secondaire, en ce que l’on aperçoit la projection où il figure seulement à travers d’une des quatre portes vitrées de la pièce. Le personnage qui occupe le devant de la scène et qui est au centre de la narration de la projection principale est la secrétaire de Trotski mise à rude épreuve, Evgenia Shelepina.

Selon Trotski, les hommes sont des « machines sentimentales mais programmables » possédant les qualités de produits semi-manufacturés qui peuvent être à la fois réparés et édifiés pourvu qu’ils suivent un programme d’exercices approprié et les directives d’un état. Et inversement, les machines pourraient être perfectionnées et utilisées pour effectuer des tâches humaines complexes ou particulièrement délicates. Mais Trotski juge également que les machines, aussi bien que les hommes, deviennent peu fiables et dangereusement dysfonctionnels lorsqu’ils tombent amoureux. Quelques années auparavant, Shelepina avait eu une liaison avec l'auteur malheureux en mariage d’Hirondelles et Amazones, Arthur Ransome ; elle apparaît ici dans un « slapstick », un sketch dans lequel ses corvées quotidiennes deviennent insurmontables. Un instant, le chaos de son lieu de travail acquiert une symétrie absurde, en ce qu’elle exécute ses activités face à son « autre moi derrière un miroir », ce qui n’est pas sans rappeler le film La Soupe au canard des Marx Brothers, datant également de 1933.

Kentridge apparaît comme une parodie de lui-même parodiant Trotski, avec ses lunettes noires épaisses, sa barbe bien dessinée, ses sourcils et les grands gestes dont il accompagne son discours. Selon lui « de nombreux penseurs soviétiques s'inquiétaient de ce qui arriverait aux personnes imparfaites dans une société parfaite. Si nos émotions étaient mécaniques, ne pouvions-nous en finir avec la colère, la jalousie, etc., ce qui aurait grandement contribué à notre bonne entente ? Voyez comment les choses ont tourné. Mais ce qui fait pendant à cela est une interrogation très contemporaine : pouvons-nous enseigner à des machines à être humaines ? »

Tandis qu’il exhumait le discours de Trotski adressé à Paris, Kentridge avait en vue un nouveau corpus d'œuvres, directement lié à d’autres projets récents sur la ville, un quart de siècle après la réalisation de Johannesburg, 2nd Greatest City after Paris (1989). Au cours de ces trois dernières années, il s’est intéressé aux événements de la Commune de Paris de 1871 ainsi qu’à ceux de Mai 1968 et a rendu un hommage de taille aux dernières peintures de Manet. Pourquoi l'homme qui a peint L'Exécution de Maximilien, œuvre profondément politique, s’est-il consacré tout entier à peindre des fleurs dans des vases quelques années avant sa mort prématurée ? La question fascine Kentridge depuis longtemps et il choisit de représenter une version du chef-d’œuvre de Manet sur l’une de ses encre sur papier. Il a également peint une série de jacinthes dans des pots Consol agrémentées de collages de textes tels que « We Also Let Blood ». Ces récipients sont parmi les plus répandus en Afrique du Sud et sont utilisés pour la préservation des confitures maison et autres denrées liquides, voire convertis en lampes dans de nombreuses zones rurales.

Voisinant avec « ses » fleurs, des portraits en diptyques réalisés à l’encre et collage représentant Manet et sa femme Suzanne divisent l’espace du rez-de-chaussée. On peut voir ensuite plusieurs portraits de penseurs du début du XIXe siècle : les profils du béhavioriste Pavlov et de l'un de ses plus jeunes patients associés à la date du soulèvement étudiant de Soweto en 1976 ; le psychiatre Freud, dont les croyances et la démarche étaient évidemment antithétiques ; la poétesse russe antistalinienne Anna Akhmatova, pour laquelle le concret l’emportait sur le mystique ; enfin, plusieurs portraits de Trotski lui-même lorsqu’il était à l’œuvre et immédiatement après son assassinat. Tous ont réfléchi et se sont disputés sur la question suivante : « Dans quelle mesure, pour citer Kentridge, le psychisme est-il malléable, programmable - peut-on le disséquer, le disloquer comme on le ferait d’une série de rouages ? ». Si l'emploi par Kentridge du mot         « Caviar » renvoie à Akhmatova - en ce qu’il était un euphémisme russe pour désigner l’épaisse encre noire utilisée par les censeurs staliniens – il nous est aussi rappelé que Trotski, craignant les Russes blancs à Istanbul d’une manière paranoïaque, connut comme Maximilien une fin prématurée et brutale au Mexique.

Dans un autre espace de la galerie sont exposées trois grandes gravures à l’aquatinte sur toile, extraites du travail préparatoire pour Triumphs and Laments, un projet épique qui s’est concrétisé l’année dernière sur plus de 500 mètres sur les rives du Tibre entre le Ponte Sisto et le Ponte Mazzini à Rome. Au sein d’une parade à cheval empreinte de vanité, on peut voir Marcus Aurelius montant un étalon apparemment vaillant  (mais qui, si l'on regarde de près, traverse le veld sur une plate-forme à roulettes),  le grand artisan de l’unité italienne, Garibaldi, juché sur un cheval de bois des plus rudimentaires et une haridelle qui s’affaisse, empruntée à un sarcophage romain de la colonne Trajane et ironiquement intitulée Triomphe de Bacchus.

Le défilé continue au 66 rue du Temple : trois nouvelles gravures sur bois, également issues du travail préparatoire pour Triumphs and Laments, s’alignent dans l’espace de la Librairie Marian Goodman. Le Déluge renvoie à la fois au Tibre et aux années 1930, en ce que des Romains chargent des meubles sur un navire dangereusement petit pour échapper à la rapide montée des eaux de 1937, tandis que trois « porteurs de corselets » empruntés aux Triomphes de César de Mantegna défilent comme dans une performance récente de Kentridge. Enfin, une femme érythréenne, silhouette élégiaque, solitaire, pleure les membres de sa famille victimes d’un naufrage à Lampedusa en 2013 : ainsi se réaffirme, par le tissu des références historiques présentes au sein de l’exposition, l’engagement profond de Kentridge dans la réalité contemporaine.

William Kentridge, né en 1955, vit et travaille à Johannesburg. Son installation More Sweetly Play the Dance sera présentée dans l’exposition Afriques Capitales à La Villette (Paris) du 29 mars au 2 mai, tandis que Notes Towards a Model Opera fera partie de l’exposition collective Etre Là du 26 avril au 28 août à la Fondation Louis Vuitton qui accueillera également son spectacle Paper Music les 26 et 27 avril. L'exposition monographique itinérante de Kentridge Thick Time est actuellement présentée au Louisiana Museum of Modern Art à Copenhague (jusqu'au 18 juin) et sera accueillie en juillet par le Museum der Moderne Rupertinum à Salzbourg puis par la Whitworth Art Gallery et le  Manchester Museum de l'Université de Manchester à l'automne 2018. Deux autres expositions personnelles sont programmées pour octobre 2017 : Enough and More than Enough à Madrid, au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia et Ashes, Smoke, Fable à Bruges, au Sint-Janshospitaal.


Press contact:
Raphaële Coutant raphaele@mariangoodman.com or + 33 (0)1 48 04 70 52